"LA CULTURE EN PARTAGE" avec
Frédéric MORIN architecte-conférencier

Histoires d'Architectures bioclimatiques

Les claustras à lames fixes en façades SUD et OUEST
transparents en hiver et opaques en été
mis au point par Frédéric Morin :
Une ombre bienfaitrice en été comme en automne
facilitant la végétalisation au printemps
et son entretien en saison estivale

La chaleur nous accable tous sous nos latitudes pourtant tempérées de 45°Nord, et ce n'est pas prêt de s'arrêter.
J'ai repris une de mes vieilles lunes, périphérique à l'architecture bioclimatique dans laquelle j'excellais avant de me consacrer à l'archéologie orientale au Proche-Orient, et j'ai donc réalisé quelques maquettes. Il me semble que ce que j'ai autrefois inventé pourrait désormais être utile à bien des humains, et pas seulement les humains... La Mairie de Saillans est désireuse de tester mes conceptions développées ci-dessous pour protéger de la brûlure du soleil estival le jardin du "Périscolaire" qui reçoit les enfants hors des horaires et périodes scolaires = en été..
Cette maquette est désormais visible à la Mairie de Saillans à laquelle elle a été offerte en contribution aux travaux de la Commission Consultative Transition Ecologique en présence du Maire et des adjoints les plus impliqués dans la transition énergétique :
Commission Consultative Transition Ecologique de Saillans, maquette au tiers d'une pergola à lames fixes filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été
Commission Consultative Transition Ecologique de Saillans, maquette au tiers d'une pergola à lames fixes filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été
En effet, de plus en plus de villes réalisent des aménagements au moins temporaires des espaces publics (parcs et jardins, mais aussi places piétonnes et autres espaces de déambulation) pour les mettre à l'ombre et offrir aux citoyens des lieux plus agréables à fréquenter en été en y consacrant légitimement des sommes qui ne sont pas toutes du détail.
Pour un investissement comparable à la dépense habituellement consentie, je propose que ces mêmes lieux soient agréables à fréquenter en hiver aussi... tout en facilitant l'installation d'une végétation au feuillage caduc qui sera bienvenue en été et en automne pour créer les fameux "ilôts de fraîcheur" que nous appelons tous de nos voeux... (à condition que les arrêtés préfectoraux n'interdisent pas strictement leur arrosage comme dans la Drôme à partir du 20 juillet 2022).

valeurs angulaires des lames fixes d'une pergola face au Sud filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été
Une fois ces principes posés, voici immédiatement les photographies significatives d'une maquette en bois au tiers (1/3) que nous avons réalisée avec soin. Elle mesure 70x70xh=100cm avec un socle 70x100cm et donne les résultats attendus en terme de protection estivale et transparence hivernale.
Les lames de contreplaqué 5x50mm correspondent à des planches de volige (Douglas) de 15x150mm que l'on trouve assez facilement en stock chez les scieurs de bois de construction. Les caractéristiques angulaires et dimensionnelles ont été travaillées pour améliorer la transparence hivernale sans trop réduire l'occultation estivale, laquelle peut être complétée par une végétalisation grimpante aux feuilles caduques.
Les dessins détaillés et l'outillage sont présentés plus bas...

Voici les photos détaillées de la maquette :
TRANSPARENCE RELATIVE AU SOLSTICE D'HIVER LE 21 DECEMBRE :
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au Solstice d'Hiver le 21 décembre = transparence presque maximale
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au Solstice d'Hiver le 21 décembre = transparence presque maximale
L'efficacité bioclimatique s'apprécie à la proportion variable suivant la saison entre les largeurs des bandes de soleil et d'ombre sur la surface "protégée" par le claustra. Les dates et heures sont fixées par la position de l'ombre de l'extrémité du gnomon vertical du cadran solaire horizontal qui figure sur chaque photo, cadran valable pour la latitude de 45°N et réglé en orientation sur la maquette par rapport à l'orientation des éléments à construire.
TRANSPARENCE OPTIMALE EN HIVER = DE NOVEMBRE à FEVRIER :
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au Solstice d'Hiver le 21 décembre = transparence presque maximale
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au fin hiver = début mars <=> début automne = début octobre = transparence relative
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au fin hiver = début mars <=> début automne = début octobre = transparence relative
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au fin hiver = début mars <=> début automne = début octobre = transparence relative
La maquette est couverte d'une pergola horizontale dont les lames fixes sont disposées perpendiculairement au Sud, fixées suivant un basculement à adapter à nos latitudes de 42° à 46° Nord et à un matériel dé géométrie rudimentaire (équerres et rapporteur d'écolier).
Vues de l'intérieur, les lames fixes sont relevées à 25° au-dessus de l'horizon et serrées, rythmées ou espacées de manière à ce que le soleil ne passe pas au-travers du claustra (= "clôture") lorsqu'il dépasse 65° de hauteur au-dessus de l'horizon sud. La valeur du basculement des lames fixée à 25° au-dessus de l'horizon Sud optimise la transparence du claustra de la pergola en hiver entre le 21 octobre et le 21 février, avec une performance amoindrie durant le mois de décembre qui n'est pas souvent le plus froid de l'année.

Cette pergola recouvre le sol et une partie de mur vertical en arrière, à l'image d'une terrasse au Sud d'une construction.
Au Sud de la "terrasse" recouverte par la pergola horizontale, une partie verticale de claustra offre les mêmes caractéristiques géométriques de filtration solaire, mais l'écartement apparaît plus grand le long d'une verticale par rapport au long d'une horizontale.

FILTRATION RELATIVE AUX EQUINOXES DE PRINTEMPS le 21 MARS = D'AUTOMNE le 21 SEPTEMBRE :
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici à l'équinoxe de printemps le 21 mars <=> équinoxe d'automne le 21 septembre = transparence relative
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici à l'équinoxe de printemps le 21 mars <=> équinoxe d'automne le 21 septembre = transparence relative
Ce type de dispositions pourrait être utile pour les toitures-terrasse accessibles, qui deviennent désormais facilement de véritables "fours" dès qu'il fait un peu chaud. L'écartement des lames fixes favorise l'évacuation de la chaleur accumulée par thermosiphon naturel : une question d'importance pour organiser l'utile refroidissement nocturne.

La maquette offre également un claustra vertical faisant face à l'Ouest : les façades ouest sont réputées être très chaudes et doivent donc être protégées du soleil estival.
Les caractéristiques sont les suivantes :
- installation face à l'Ouest (ou symétrique face à l'Est),
- lames fixes inclinées autour de 35° au-dessus de l'horizon Sud à régler en fonction de la latitude exacte du lieu et de la bande passante de transparence en hiver centrée sur le 21 décembre,
- lames fixes basculées de 30° sous l'horizon Ouest ou Est à régler en fonction de l'orientation azimutale précise du dispositif projeté. Celle-ci peut être étudiée en faisant tourner le cadran solaire de sol.
- espacement entre les lames variable : il doit réglé en fonction des choix des dates d'occultation souhaitée au printemps en prévision de l'été = la largeur de la bande "non-passante" d'occultation en été centrée sur le 21 juin :
VERS L'OPACITE AU PRINTEMPS DEVENANT CHAUD ET EN ETE :
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici fin printemps début mai = milieu été = début août = transparence relative
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici fin printemps début mai = milieu été = début août = transparence relative
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici fin printemps début mai = milieu été = début août = transparence relative
Ce type de claustra filtrant, transparent en hiver mais opaque en été, paraît désormais vraiment utile pour optimiser les performances des « doubles peaux » = double-skin, c'est-à-dire des claustras disposés en protection solaire de toitures-terrasses (accessibles ou non) ou de murs aveugles, ou bien percés de fenêtres ouvrant sur l'Ouest, trop exposés au soleil de l'Ouest qui en été surchauffent en fin d'après-midi après une journée déjà chaude. Le même problème se posera aussi à l'Est, il sera résolu par un design symétrique.
PROTECTION AU SOLSTICE D'ETE = 21 JUIN :
pergola à lames fixes face au Sud et claustra face à l'Ouest filtrant le soleil, transparents en hiver et protecteurs en été, ici au Solstice d'Eté le 21 juin = protection totale

Quelques précisions :
1 )
Sur la recherche de l'efficacité :

Il importe de souligner qu'un ombrage éventuellement imparfait, incomplet ou plus tardif dans l'année (= clôture à régler finement par l'espacement des lames) peut être très judicieusement complété par l'installation de plantes grimpantes au feuillage caduc qui apporteront un confort supplémentaire en rafraîchissant l'air par leur évaporation (= refroidissement adiabatique naturel).
Ces plantes bénéficieront simultanément d'un surcroît de lumière printanière, d'une protection au brûlage estival des feuilles et corrélativement d'une moindre sensibilité au stress hydrique (= diminution du besoin d'arrosage) tout en complétant la protection solaire automnale en fin d'été dont on a encore besoin.

Ce besoin postérieur au solstice d'été est lié à l'inertie thermique globale de la Terre qui décale les températures mesurées par rapport à la variation de l'ensoleillement = les apports solaires (ou leur absence en hiver). Ce décalage est de l'ordre de 40 - 45 jours tant pour le solstice d'hiver que pour celui d'été comme illustré ici à Paris et Ouessant. C'est pour pallier ce déphasage que la végétation caduque est précieuse et plus efficace si on lui laisse suffisament de lumière au printemps...
Comme quoi une performance techniquement jugée comme perfectible peut s'avérer être globalement plus satisfaisante...

2 )
Sur le matériel nécessaire :

Ici une planchette à dessin avec son rapporteur, une équerre d'écolier à 30/60°, une fausse-équerre réglable permettant de reporter les valeurs du dessin sur une pige de tracé pour la découpe des lames :
matériel de dessin et de taille utilisé : une planchette à dessin avec son rapporteur, une équerre d'écolier à 30/60°, une fausse-équerre réglable permettant de reporter les valeurs du dessin sur  une pige de découpe On peut aussi se fabriquer des équerres en plexiglass découpé avec le dos de la lame d'un cutter : c'est pratique et plus fiable que la fausse-équerre qui se dérègle facilement en tombant par terre par exemple...

3 )
Sur l'utilisation du cadran solaire de sol :

cadran solaire de sol pour la latitude de 45° Nord : la position de l'extrémité de l'ombre du gnomon vertical détermine la date (= la saison) et l'heure de l'examen
Il faut comparer la position de l'ombre de l'extrémité du gnomon avec l'heure du moment (photo A = 11h10 visible sur les métadonnées de la photo) et rectifier l'orientation de la maquette pour faire coïncider celle-ci avec l'heure solaire correspondant à l'heure légale du moment. Cette heure légale est égale à celle du Temps Universel (TU) = heure solaire en France sous le Méridien de Greenwich plus 1 heure en hiver et plus 2 heures en été en vertu du changement d'heure en avril et en octobre.

4 )
Les dessins précis :

La réalisation de cette maquette préparatoire à la construction, maquette en bois au tiers donc, a permis d'affiner progressivement les réglages angulaires et métriques pour obtenir un compromis dans le choix, relevant de chaque installateur, entre une occultation très efficace en été qui réduit corrélativement la transparence en hiver (ce qui est sans doute recherché dans le Sud de la France par exemple), ou bien la recherche d'une meilleure transparence en hiver qui se "paye" d'une moindre occultation en été. Mais cet "inconvénient" peut être compensé par une végétalisation grimpante au feuillage caduc qui sera très bénéfique... à chacun de choisir "sa bonne" solution !
Voici donc les dessins en coupe (= section) Nord-Sud de deux profils différents de pergolas horizontales aux lames fixes constituées de planches de volige 15x150mm ou 180mm.

A - Les planches de volige 15x150mm (par exemple en pin Douglas naturellement résistant à l'extérieur) sont basculées de +25° au-dessus de l'horizon sud et espacées horizontalement de 140mm, ce rythme générant une clôture zénitale à 90° avec un écartement entre les lames de 45mm. La transparence hivernale est alors de 75% :
dessin en coupe nord-sud d'une pergola à lames fixes face au Sud filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été
B - Les planches de volige 15x150mm (par exemple en pin Douglas naturellement résistant à l'extérieur) sont basculées de +25° au-dessus de l'horizon sud et espacées horizontalement de 167mm, ce rythme générant une clôture zénitale à 90° avec un écartement entre les lames de 57mm. La transparence hivernale est alors de 79% :
dessin en coupe nord-sud d'une pergola à lames fixes face au Sud filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été
C - Développées en partie verticale pour un claustra et non plus une pergola, les mêmes géométries solaires présentent une transparence bien supérieure tout en conservant les mêmes performances solaires. Voici donc le dessin en coupe (= section) Nord-Sud d'un profil de claustra vertical aux lames fixes constituées de planches de volige 15x150mm par exemple en pin Douglas naturellement résistant à l'extérieur. Celles-ci sont basculées de +25° au-dessus de l'horizon sud et espacées verticalement de 240mm, ce rythme générant une clôture zénitale à 65° avec un écartement entre les lames de 215mm. La transparence hivernale est alors de 93% :
dessin en coupe nord-sud d'une pergola à lames fixes face au Sud filtrant le soleil, transparente en hiver et protectrice en été

5 )
Propositions pour le Nord de la Méditerrannée :

Ce nouveau type de filtrage des apports solaires optimise les performances des «doubles peaux» = double-skin, c'est-à-dire des claustras disposés en protection solaire de toitures-terrasses même inaccessibles (voire de toitures en pente qu'il vaudrait quand même mieux peindre en blanc...) ou de murs aveugles trop exposés au soleil.
Les conférences sur l'architecture bioclimatique que j'ai délivrées jusqu'ici comme celles que j'ai mises en ligne (voir ci-dessous) m'ont permis de montrer de nombreuses réalisations iraniennes ou indiennes de ces « doubles peaux ». Les architectures des pays tropicaux les exploitent depuis longtemps, mais les architectes contemporains également. Mais ces architectures ne semblent pas avoir besoin des apports solaires hivernaux qui nous sont précieux dans des latitudes et/ou altitudes plus élevées qui sont les nôtres.
En effet, les apports solaires hivernaux nous sont utiles et recherchés dans nos régions au climat dit tempéré, du moins jusqu'ici. Ces besoins apparement contradictoires avaient motivé mes recherches et soutenu mon invention, en 1981 au laboratoire Ambiance Bio-Climatique (ABC) de l’École d'Architecture de Marseille, laboratoire alors dirigé par Roger Dabat avant qu'il le soit par Marc Dabat, d'une protection verticale à lames fixes inclinées, efficaces pour les façades Ouest et Est pour capter le soleil en hiver et s'en protéger en été, ce qui semblait impossible à concevoir à l'époque.

Vous trouverez de nombreuses photos plus détaillées de ces claustras à lames fixes filtrant le soleil, transparent en hiver et protecteur en été, aux adresses suivantes de ce même site internet :

6 )
L'analyse de la course (apparente) du soleil :

L'idée directrice de mon invention en 1981 a été de suivre la course apparente du soleil d'un point de vue géocentrique d'un observateur situé à 45° de latitude Nord. Cette course semble contenue dans un plan incliné à 45° au-dessus de l'horizon d'un observateur aux équinoxes, dans un plan à 22° au-dessus de l'horizon au solstice d'hiver et à 68° au-dessus de l'horizon au solstice d'été (cliquez sur les vignettes pour agrandir la photo) :

En effet, les saisons sont déterminées par la rotation de la terre autour du soleil dans un plan dit de l'écliptique, et l'axe de rotation de la terre n'est pas perpendiculaire par rapport à ce plan mais incliné d'environ 23°. Ces 23° s'ajoutent ou se soustraient à la latitude du lieu d'habitation sur terre pour donner les valeurs maximales de hauteur du soleil au-dessus de l'horizon (= à midi) en été (=> 45°+23° = 68°) ou en hiver (=> 45°-23° = 22°).

L'étude de ces trajectoires perçues depuis la terre est facilité par la repésentation de la visibilité angulaire d'un observateur en perspective cylindrique qui génère des courbes particulières.
Le diagramme de la course du soleil en perspective cylindrique permet de choisir pour une valeur donnée de latitude (ici 45° Nord) les valeurs angulaires des lames fixes des claustras pour assurer la transparence en hiver et la clôture en été, définissant une bande passante centrée sur les solstices des 21 décembre et 21 juin :
les différentes valeurs remarquables suivant les saisons de la course du soleil vue par un observateur terrestre
Parmi les autres valeurs remarquables pour la latitude de 45°Nord, il faut noter qu'en hiver le soleil se couche à Ouest-30° alors qu'on aimerait en bénéficier davantage, et qu'en été il se couche à Ouest+40° après avoir illuminé les façades Nord alors qu'on aimerait pouvoir s'en protéger : j'ai en 1981 inventé la géométrie qui produit ce résultat avec des lames fixes :
en perspective cylindrique, visibilité au travers d'un claustra aux lames inclinées à 38° (valeur pour Marseille) et basculées de 15° pour une orientation face au Sud-Ouest = Ouest-45°

7 )
Lames fixes ou mobiles ?

Pourquoi des lames fixes alors que des lames mobiles pourraient convenir ?
Dans le cadre privé d'une habitation domestique soigneusement pilotée, entretenue et réparée, les lames mobiles peuvent suffire, surtout devant des fenêtres.
Devant des parois opaques pour composer des doubles-peaux de protection solaire naturellement ventilée, alors les lames fixes sont tout-à-fait indiquées plutôt que des lames mobiles qui restent fragiles et exigent d'être constamment réglées de manière optimale en façades ouest et est. On peut bien évidemment se dispenser de ce réglage en façade sud en adoptant de manière permanente le réglage des lames fixes...

Pour les parties communes des immeubles d'habitation comme professionnels, ou les espaces extérieurs publics ou professionnels, il en est tout autrement et la fixité des lames s'impose par la solidité, les économies et l'efficacité à long terme.
À l'aulne de l'état des ascenseurs dans de nombreuses copropriétés, peut-on être certain que les lames mobiles de parties communes résistent assez longtemps pour donner satisfaction dans la durée de l'usage désiré ? Dans le cadre d'un bâtiment public éventuellement accessible au public (une école par exemple...),
- qui actionne les lames mobiles avec le soin nécessaire ?
- qui le fait aux horaires nécessaires, horaires qui ne sont pas toujours ceux traditionnels de la présence des agents ?
- qui gère les conflits entre les occupants qui veulent bronzer au soleil et ceux qui souffrent de la chaleur ?
Les mêmes questions se posent pour les bâtiments à usages professionnels, les locaux industriels, artisanaux ou de services... comme pour les espaces extérieurs publics ou privés...

8 )
Quelques exemples d'architectures contemporaines :

Voici quelques belles architectures dont les architectes ont mis en oeuvre des claustras à lames fixes dans des situations où la question des apports solaires hivernaux ne se posait pas :

Jaipur (Rajastan, 430m d'altitude) Pearl Academy of Fashion par Manit+Sonali Rastogi = Morphogenesis en 2008,
remarquable par la conception des doubles-peaux en béton fibré qui réduit le besoin en climatisation des salles de classe et le bassin d'eau climatiseur en demi-sous-sol agissant par thermosiphon :
Jaipur (Rajastan) - Pearl Academy of Fashion par Manit+Sonali Rastogi = Morphogenesis en 2008
Koudougou (Burkina-Faso) Lycée Schorge par Francis Diébédo Kéré en 2016,
remarquable par la réalisation vibratile des doubles-peaux périphériques aux salles de classes naturellement ventilées par thermosiphon :
Koudougou (Burkina-Faso) Lycée Schorge par Francis Diébédo Kéré en 2016
Abu-Dhabi (E.A.U.) Louvre Abu-Dhabi par Ateliers Jean Nouvel en 2017 (Pritzker Price en 2008),
"un parasol qui crée une pluie de soleil" qui bénéficie aussi du rafraichissement apporté par la mer :
Louvre-Abu-Dhabi par Ateliers Jean Nouvel en 2017 : un parasol qui crée une pluie de soleil
Abu-Dhabi (E.A.U.) Logements du personnel de ETIHAD AIRWAYS par "X" en 2018 certifiés LEED Platine par l'ONG "U.S. Green Building Council" :
Abu-Dhabi (E.A.U.) Logements du personnel de ETIHAD AIRWAYS par X en 2018 certifiés <i>LEED Platine</i> par l'US-Green-Building-Council
Téhéran (Iran, 1.100 => 1.900m d'altitude) immeuble d'habitation Saadat Abad par Mohsen Kazemianfard = Fundamental Approach en 2018,
remarquable par les doubles-peaux ajourées en briques joliment colorées :
Teheran (Iran) immeuble d'habitation Saadat Abad Housing par Mohsen Kazemianfard en 2018
Lucknow (Uttar-Pradesh, 123m d'altitude) Maison aux 18 écrans = 18 Screens House par Sanjay Puri en 2019,
remarquable par les doubles-peaux en béton fibré qui composent une fluidité spatiale complémentaire aux espaces intérieurs :
Lucknow (Uttar-Pradesh) Maison aux 18 écrans = 18 Screens House par Sanjay Puri en 2019


.


>

RETOUR VERS LES AUTRES PAGES
D'autres informations ? poursuivez en visitant :
LUTTER CONTRE LA CHALEUR = conférence de Frédéric MORIN


complété et mis à jour le 2 septembre 2022
mentions-légales


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique
promouvant l'intelligence et l'ingéniosité,
les qualités techniques et esthétiques du
patrimoine architectural mondial
dans le cadre du "FAIR USE",
merci de contacter le webmaster :
ici
elle sera supprimée sans délai.





PARTAGE CULTUREL
HISTOIRES
D'ARCHITECTURES



terrasse pergola bioclimatique saillans vue 3 becs foret saou www.frederic-morin-salome.fr

.

pour contacter Frédéric Morin
architecte-conférencier :
morin-salome@orange.fr


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique
promouvant l'intelligence et l'ingéniosité,
les qualités techniques et esthétiques du
patrimoine architectural mondial
dans le cadre du "FAIR USE",
merci de contacter le webmaster :
ici
elle sera supprimée sans délai.

ARCHITECTURE et CLIMAT
FACE AU RECHAUFFEMENT
claustra à lames fixes de protection solaire estivale conservant le bénéfice de l'ensoleillement hivernal conçu par Frédéric Morin
Adaptation des pergolas
et doubles-peaux
en façades OUEST ou EST

kiosque bioclimatique
à lames fixes proposé
par Frédéric MORIN
kiosque bioclimatique à lames fixes proposé par Frédéric MORIN
.

ARCHITECTURE et CLIMAT
FACE AU RECHAUFFEMENT
claustra à lames fixes de protection solaire estivale conservant le bénéfice de l'ensoleillement hivernal conçu par Frédéric Morin
Adaptation des pergolas
et doubles-peaux
en façade SUD
.



RETOUR VERS
LES AUTRES
CONFERENCES DE
FREDERIC MORIN
cliquez ici

.
Conférences proposées
dans le cadre des nombreuses
Universités Populaires de la Drôme
ou à la
Maison de l'Architecture de la Drôme

Maison de l'Architecture de la Drôme logo
Association Loi 1901
Maison des Têtes
57, Grande Rue
26000 VALENCE
contact
.

LA FLUIDITÉ DES ESPACES ENTRE DEDANS ET DEHORS, OU « À LA FOIS DEDANS ET DEHORS », AVEC L'ARCHITECTURE MODERNE DEPUIS 1900 JUSQU'À 2020 :

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidité des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture moderne
Adaptation climatique
Architecture moderne 1900-1980

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidité des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture contemporaine
Adaptation bioclimatique
Architecture contemporaine 1980-2019

ARCHITECTURE et CLIMAT
l'adaptation aux changements climatiques par la fluidité des espaces : 
  l'exemple des palais orientaux ; conférence de Frédéric Morin
l'adaptation des palais orientaux


ARCHITECTURE des DESERTS
conférence de Frédéric Morin sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques
  l'adaptation aux changements climatiques : les solutions traditionnelles en Iran
adaptation des maisons en Iran


MAISONS D'ARCHITECTES
conférence de Frédéric Morin sur les maisons iconiques d'architectes vers une belle architecture bioclimatique adaptée au réchauffement
adaptation bioclimatique


.
Robie House / Wright
Robie House Chicago par Wright en 1909
Chicago (Ill) 1909

Barnsdall House / Wright
Hollyhock Barnsdall House Los Angeles par Wright en 1909
Los Angeles CA) 1921

Kings Road Chase / Schindler
Chase-Schindler House Kings Road Los Angeles par Schindler en 1922
Los Angeles (CA) 1922

Lowell Beach House / Schindler
Lowell Beach House à Newport Beach par Schindler en 1926
Newport Beach (CA) 1926

Mueller Haus / Loos
villa Mueller à Prague par Loos en 1930
Prague (CZ) 1930

Tugendhat / Mies-vd-Rohe
villa Tugendhat à Brno par Mies van der Rohe en 1930
Brno (CZ) 1930

Villa Savoye / Le Corbusier
Villa Savoye Le Corbusier Poissy 1931
Poissy 1931

Winternitz Haus / Loos
villa Winternitz à Prague par Loos en 1932
Prague (CZ) 1932

Fallingwater-Kaufmann / Wright
Cascade Fallingwater pour Kaufmann à Mill Run par Wright en 1939
Mill Run (Penn) 1939

Desert-Kaufmann / Neutra
Kaufmann Desert House à Palm-Spring par Neutra en 1947
Palm-Spring (CA) 1947

Solar Hemicycle / Wright
Solar Hemicycle de Jacobs à Middleton par Wright en 1948
Middleton (Wis) 1948

Walker House / Wright
Carmel House Carmel-by-Sea par Wright en 1948
Carmel-by-Sea (CA) 1948

Weiss House / Kahn
Weiss+Morton House à Norristown par Kahn en 1950
Norristown (Penn) 1950

Farnsworth / Mies-vd-Rohe
Farnsworth House à Plano par Mies van der Rohe en 1953
Plano (Ill) 1951

Sarabhai House / Corbusier
Sarabhai House à Ahmedabad par Le Corbusier en 1955
Ahmedabad (Gujarat) 1955

Shodhan House / Le Corbusier
Shodhan House à Ahmedabad par Le Corbusier en 1956
Ahmedabad (Gujarat) 1956

palais Alvorada / Niemeyer
palais Alvorada à Brasilia par Niemeyer en 1958
Brasilia 1958

Escherick House / Kahn
Escherick House à Philadelphia par Kahn en 1961
Philadelphia (Penn) 1961

Sheats-Goldstein / Lautner
villa Sheats-Goldstein à Los Angeles par Lautner en 1963
Los Angeles 1963

Silvertop House / Lautner
villa Silvertop à Los Angeles par Lautner en 1963
Los Angeles 1963

Fisher House / Kahn
Fisher House à Hatboro par Kahn en 1967
Hatboro (Penn) 1967

Stevens House / Lautner
Stevens beach-house à Malibu par Lautner en 1968
Malibu (CA) 1968

Korman House / Kahn
Korman House à Fort Washington par Kahn en 1973
Fort Washington (Penn) 1973

Villa Arango / Lautner
Villa Arango à Acapulco par Lautner en 1973
Acapulco (Mexique) 1973

Cité Universitaire / Kahn
Students Housing Indian Institut of Management à Ahmedabad par Kahn en 1974
Ahmedabad (Gujarat) 1974

Maison Gilardi / Barragan
house Gilardi par Barragan en 1976
Mexico 1976

immeuble Kitagana / SANAA=Sejima
logements collectifs de Kitagana à Mokuso-Gifu par Sejima en 1998
Gifu-Mokuso (JP) 1998

Bioclimatic House / Ruiz-Larrea
Maison Bioclimatique (Bioclimatic Vivienda) à Tenerife par Ruiz-Larrea en 2003
Tenerife (Canaries) 2003

Tropical House / Camarim
Tropical House à Mundau (Brazil) par Camarim en 2008
Mundau (Brazil) 2008

F-White House / Yamamoto
F-White House à Kashiwa par Yamamoto en 2009
Kashiwa (Japon) 2009

RAAS Hotel / Lotus = A+Ch+T
Hotel Raas-Jodhpur par Lotus = Arora+Choksi+Talwar en 2011
Jodhpur (Rajasthan) 2011

Friendship Center / Chowdhury
Gaibandha Friendship Center par Chowdhury en 2011
Gaibandha (Bangladesh) 2011

maison Gnana Illam / Jerald
Farmer House Gnana Illam à Ammapatti (Tamil Nadu) par Jerald en 2012
Ammapatti (Inde) 2012

Habitats ruraux / Kere & Switzer
réalisations africaines de Kere au Burkina Faso et Switzer au Ghana en 2013
Burkina Faso & Ghana 2013
White-Cave House / Yamamoto
White Cave House à Kanazawa par Yamamoto en 2013
Kanazawa (Japon) 2013

House 40 Knots / Madjdabadi
logements collectifs immeuble d'habitation House of 40 Knots à Teheran par Madjdabadi+MashhadiMirza en 2014
Teheran 2014

Tropical-Box House / WHBC Ang
Chempenai Tropical Box House à Kuala-Lumpur (Malaisie) par WHBC Ang en 2015
Kuala-Lumpur (Malaisie) 2015

Great Wall Housing / Rosselli
Great Wall Housing in Western Australia par Rosselli en 2015
West Australia 2015

Little-H-Big-Terrace / Yamamoto
Little House Big Terrace à Tokyo par Yamamoto en 2015
Tokyo 2015

operation Villa Verde / Aravena
collectivité de demi-logements d'urgence Villa Verde à Constitucion (Chili) par Aravena en 2016
Constitucion (Chili) 2016

Wafra Wind Tower / AGi
Wafra Wind-Tower vertical housing à Kuwait par Perez-Goicoechea+Abulhasan en 2017
Kuwait 2017

Imm. Saadat Abad / Kazemianfard
logements collectifs immeuble d'habitation Saadat Abad à Teheran par Kazemianfard en 2018
Teheran 2018

Brick House / Srinivas
Brick House à Trivandrum (Kerala-Inde) par Srinivas en 2019
Kerala (Inde) 2019

18 Screens House / Puri
18 Screens House au Uttar-Pradesh par Puri en 2019
Lucknow (Uttar-Pradesh) 2019

House Sridhar / P+S+P
Sridhars House à Bangalore par Pradhan+Sethi+Philip en 2020
Bangalore (Inde) 2020

.
.
ARCHITECTURE MODERNE
histoire de l'architecture moderne en Allemagne jusqu'en 1933 ; conference de Frederic Morin
LES APPORTS ALLEMANDS


LES PONTS histoire et techniques de construction des ponts depuis l'Antiquité romaine jusqu'à aujourd'hui ; conference de Frederic Morin
HISTOIRE & TECHNIQUES


MUSEES DU Architectures des musées du Sud-Est de la France ; conference de Frederic Morin
SUD-EST DE LA FRANCE


MATERIAUX de CONSTRUCTION
conference 2019 histoire techniques fabrication des materiaux de construction ; conference de Frédéric Morin
histoire de leur fabrication


ARCHITECTURE CHRETIENNE
conference 2019 histoire de l'architecture chrétienne le long du pelerinage de Saint-Jacques de Compostelle
sur les chemins de St-Jacques



RETOUR VERS
LES AUTRES
CONFERENCES DE
FREDERIC MORIN
cliquez ici

.